Exposition trompe-l'œil Paris : l'art de l'illusion

Exposition trompe-l'œil Paris : l'art de l'illusion

publié le 26 mars 2017 dans Expositions & Musées

Exposition trompe-l'œil Paris : en séjournant au nouvel établissement Les Plumes Hotel , vous pénétrerez dans une véritable "period room", où chaque chambre est la restitution de l'univers intime de grands amants du XIXe siècle. Le lien est tout trouvé avec l'exposition qui se tient jusqu'au 5 janvier 2014 au musée des Arts Décoratifs et qui s'intitule : "Trompe-l'œil. Imitations, pastiches et autres illusions."

Exposition trompe-l'œil Paris : la manière et la matière

Le trompe-l'œil trouve son origine dans les fresques et les mosaïques antiques. Pline l'Ancien rapporte comment le peintre Zeuxis avait représenté des raisins si parfaitement imités que des oiseaux voulurent les picorer. Le maniérisme aimera cet art illusionniste, avant que le baroque, qui s'interroge sur les apparences trompeuses du monde, n'en fasse un genre pour servir à sa méditation sur les Vanités. La maîtrise de la perspective et du clair-obscur, le rendu tactile des matières par la peinture à l'huile vont porter le trompe-l'œil à son point de perfection. Posant la question essentielle de l'imitation, le trompe-l'œil hante, en creux, tout l'art. Mais le point de vue choisi est ici celui des arts décoratifs. C'est cette histoire du trompe-l'œil décoratif que retrace cette passionnante exposition, qu'il ne faut pas manquer et qu'il faut parcourir comme un vaste cabinet de curiosités.

Le grand théâtre des illusions au musée des Arts Décoratifs

Des chambres reconstituées par Les Plumes Hotel à l'exposition trompe-l'œil Paris, il n'y a qu'un pas pour pénétrer dans ce grand théâtre des illusions. En art décoratif, le trompe-l'œil renvoie à l'imitation, au pastiche et aux illusions d'optique, et s'applique autant à l'objet qu'au vêtement ou à l'affiche. Très tôt, de nombreuses matières, souvent précieuses, vont être imitées par d'autres, moins précieuses : la céramique cherchera à imiter le marbre, le jaspe ou l'or, le strass imitera le diamant, la broderie, le bijou. Le papier-peint, support illusionniste par excellence, imitera le bois, le laque, le tissu. En jouant avec les références historiques, l'objet de "style" nous trompe lui aussi sur son époque d'origine : avec l'éclectisme, le XIXe siècle imitera le Moyen-Âge, la Renaissance et les arts de l'Islam, à sa manière. La mode, quant à elle, revendique le subterfuge : vertugadins, perruques, corsets et faux-culs sont là pour masquer, corriger, embellir ou sublimer.

De "Ombre et lumière" qui traite de la technique de la grisaille, à "Optique hypnotique", où il est question des illusions d'optique, de l'anamorphose au praxinoscope, en passant par "Faux-cul", qui retrace l'histoire des subterfuges de la mode, 400 objets rares réunis autour de douze thèmes témoignent de cet art virtuose de l'illusion.

Les Plumes Hotel et l'exposition trompe-l'œil Paris : un même esprit des lieux

L'esprit illusionniste règne aussi en maître au 10, rue Lamartine. Les Plumes Hotel a choisi, en effet, de vous accueillir avec un personnage en habit d'époque qui vous introduira dans des chambres évocatrices des amants célèbres du XIXe siècle, de George Sand à Victor Hugo. Quelques stations en métro suffiront donc pour vous mener d'une restitution décorative à une autre, au musée des Arts Décoratifs.

 


Crédits photographie : Trompe-l'oeil, piscine par Dimitri Parant, wikimedia.org

Retour aux articles