Sand et Musset, histoire d'un amour passion

Sand et Musset, histoire d'un amour passion

publié le 26 juin 2017 dans Actualité les Plumes Hôtel

Georges Sand, Alfred de Musset... deux incroyables séducteurs et deux noms qui évoquent dans les mémoires la passion et le romantisme... Les Plumes Hôtel vous invite à rentrer dans l'intimité et l'amour de ce couple mythique. Bienvenue dans la chambre « Georges et Alfred ».

Lorsque deux séducteurs se rencontrent...

Georges Sand, de son vrai nom Aurore Dupin était une femme passionnée par la littérature romantique. Après une enfance à la campagne, elle publie très jeune ses premiers romans et revendique à travers eux, le droit pour les femmes à la liberté et à la passion. Elle prend un pseudonyme masculin et s'habille en homme pour pénétrer dans les lieux interdits, et ce, au mépris des conventions. C'est en juin 1833, au cours d'un dîner, que cette grande séductrice rencontre, à 29 ans, Alfred de Musset, beau jeune homme issu d'un milieu bourgeois, aisé et cultivé. Séducteur invétéré et coureur de jupons, il est ami avec Hugo, de Vigny et Mérimée. Animé par la rage d'écrire, cet homme doué d'une intelligence hors du commun, est rapidement propulsé au rang de prodige du romantisme.

Romantiques et désespérés, Georges et Alfred incarnent l’exaltation de l’amour

Sand et Musset se revoient et, au mois de juillet, après avoir lu Lélia, l'histoire d'une jeune femme qui préfère aux plaisirs charnels, les joies et souffrances de la méditation, Alfred de Musset écrit à Georges Sand « Je suis amoureux de vous. Je le suis depuis le premier jour où je suis allé chez vous. » Suivent deux années de passion mutuelle entre l'écrivain et la romancière de 7 ans son aînée. Cette folle histoire d'amour inspira à Musset la "Confession d'un Enfant du Siècle" en 1836 et à Sand, le roman "Elle et Lui" en 1859. L'idylle prend fin en 1833 lors d'un séjour en Italie lorsque la jeune femme entame une liaison avec le médecin venu soigner son amant tombé malade. Guéri, Musset rentre en France tandis que Sand reste à Venise.

La fin d'un beau roman

La relation charnelle et passionné se mue alors en rapports épistolaires, preuve d'un amour jamais enfui. De réconciliations en déchirements, de jalousies en retrouvailles et séparations, Sand n'ayant plus de mots à coucher sur le papier en vint à couper sa chevelure qu'elle envoie à son amour jamais oublié. Cette passion dévorante et destructrice se termine définitivement en 1835.

Retour aux articles