Une escale hors du temps au Musée de la vie romantique

Une escale hors du temps au Musée de la vie romantique

Publié le 10 juillet 2018 dans Expositions et Musées

A une dizaine de minutes à pied de votre hôtel Les Plumes, le Musée de la vie romantique vous plonge dans un décor inchangé depuis sa création au milieu du XIXe siècle. Avec les beaux jours, le salon de thé du Musée s'empare du jardin pour vous offrir un moment de gourmandise au cœur de Paris.

 

Le Musée de la vie romantique : un lieu unique

Au XIXe siècle, Paris se réinvente et les entrepreneurs gagnent sur les maraîchages pour créer un quartier dédié aux arts et aux lettres, La Nouvelle Athènes. C'est dans cette ambiance bouillonnante de créativité qu'Ary Scheffer s'installe et développe autour de lui une émulation artistique d'une grande richesse. Parfaitement préservés depuis, les lieux qui comptent un hôtel particulier, une serre, un atelier et un magnifique jardin, entretiennent la mémoire de ceux qui ont fait l'âme du XIXe siècle et du début du XXe siècle : Georges Sand, Chopin, Litz, Dickens, Rossini, Gounod, Tourgueniev, Ernest Renan, etc.

 

Le Musée de la vie romantique : une atmosphère à savourer

Les collections du Musée, tableaux, sculptures, gravures, arts graphiques, archives, passionneront les amateurs de ce siècle d'or de la littérature française. Cependant, chacun appréciera aussi de déguster une des créations de Rose Bakery, le salon de thé qui a ouvert ses portes le 22 juin dernier. En plein air, au milieu des seringas et des roses du jardin ou dans la serre réaménagée, pâtisseries et tartes vous attendent pour un instant gourmand accompagné d'un thé parfumé. Une autre manière de savourer votre visite du Musée de la vie romantique !

 

Offrez-vous un séjour parisien entièrement consacré à la grande littérature et à la création artistique en réservant une chambre à l'hôtel Les Plumes où chaque détail évoque un écrivain puis en dégustant une gourmandise au salon de thé du Musée de la vie romantique à quelques rues de là.

 

Crédit photo : - (c) D. Messina

Retour aux articles